Menu

Tumeur du rectum

Les tumeurs du rectum sont découvertes soit à l'occasion d'un dépistage systématique par coloscopie ou examen clinique (toucher rectal), soit sur base de symptomes : sang dans les selles, sensation de besoin permanente, contraction douloureuse du rectum.

Les moyens de diagnostic sont la coloscopie, le scanner, le PET-scann et l'échographie (du foie et endo-anale).

Sauf urgence (occlusion, hémorragie) ou contre indication liée à l’âge ou à l'état général, la chirurgie est précédée par de la radiothérapie.

Le traitement chirurgical poursuit un double but : la guérison par une résection respectant une marge de sécurité de 1 à 1,5 cm en-dessous du pôle inférieur de la tumeur et la conservation du sphincter anal garantissant une défécation par les voies naturelles. Il faut également pouvoir préserver 1 cm de rectum au-dessus du canal anal afin de pouvoir réaliser une suture sans trop de risque.

Tumeur du rectum

On peut donc considérer qu’une tumeur située à 5 cm ou plus de la marge anale peut être enlevée en respectant le sphincter anal.
Divers artifices techniques permettent de réaliser une suture basse :

Agrafage

Si la suture présente un risque de désunion, on la protègera en réalisant une iléostomie provisoire (mise à la peau de l’intestin grêle en fosse iliaque droite). Voir Stomathérapie. La continuité sera rétablie quatre à six semaines plus tard afin d’assurer un transit normal par les voies naturelles.

Au cas où la marge de sécurité est insuffisante, on doit se résoudre, afin d’assurer les meilleures chances de guérison, à sacrifier le sphincter. Il faut alors réaliser une colostomie (anciennement appelée "anus artificiel") en fosse iliaque gauche. Voir Stomathérapie.